Accéder au contenu principal

The Polar express (2004) - Robert Zemeckis

Il y a certains films, je freine pour les voir. Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquent. Parmi eux, il y a ce Polar express de Robert Zemeckis sorti en 2004 et adapté d'un livre de Chris Van Allsburg. Pourtant, Zemeckis est loin d'être un nain en matière de cinéma. On lui doit notamment la célèbre trilogie Back to the futureWho framed Roger Rabbit et encore Forrest Gump. Pendant toute sa carrière, il n'a cessé de chercher à repousser les limites techniques du cinéma, en témoignent les réussites qu'ont été, de ce point de vue, les films cités ; et qui sont d'ailleurs de vraies réussites cinématographiques devenues aujourd'hui des références. Avec The Polar express, son ambition était de repousser les limites de l'animation en utilisant les tous nouveaux procédés de la motion capture, technique qui permet de capter les mouvements d'un objet ou d'une personne réelle pour le transposer dans un environnement virtuel. En matière de cinéma d'animation (mais aussi pour les films classiques), les possibilités esthétiques et de mise en scène deviennent infinies.

Cependant, à l'époque, les bande-annonces m'avaient donné l'impression que la technique n'était pas aboutie, les expressions des visages et mouvements des personnages me semblant un peu raides. A cette impression, s'ajoutait la crainte de voir un conte pour enfants beaucoup trop bien pensant, un peu mièvre, voire gnangnan. Les années ont passé et il y a quelques mois de cela, je tombe sur le Blu-Ray du film converti en 3D active. Etant dans ma période films en 3D après l'acquisition d'une TV et d'un lecteur Blu-Ray 3D en début d'année, je n'hésitai pas à le prendre. Mais nous n'étions pas en période de Noël et les contes de Noël ne s'apprécient vraiment qu'en cette période. Alors voilà, lundi dernier, nous avons mis les lunettes 3D et embarqué dans le train.

C'est l'histoire d'un jeune garçon qui doute de l'existence du Père Noël. Alors que, comme le veut la chanson, c'est la belle nuit de Noël, que la neige étend son manteau blanc et que les enfants vont faire dodo, le Père Noël ne passe pas tout de suite. Le jeune garçon a la surprise d'être réveillé par un mystérieux train qui s'arrête devant sa maison. Invité par le contrôleur à monter, il rejoint dans un wagon d'autres enfants qui doutent aussi de l'existence du Père Noël pour un voyage mouvementé qui les conduira jusqu'au Pôle Nord.



Toute la partie à l'intérieur du train est une franche réussite. Le spectateur a l'impression d'être lui-même un passager qui fait lui aussi le voyage vers le Pôle Nord, émotion certainement accentuée par la conversion 3D. Tout est envoûtant, les décors, les couleurs, l'étrangeté de certaines situations, la traversée dangereuse d'un lac gelé qui se fissure ou les hauts et bas des rails en montagnes russes. Il est assez incroyable de constater à quel point les auteurs ont saisi et retranscrits les bizarreries que peuvent revêtir certains de nos rêves.

En revanche, la partie dans la cité du Père Noël est moins convaincante. Un peu longuette, elle entretient un faux suspense sur l'apparition du Père Noël qui s'apprête à partir pour sa longue tournée. De plus, malgré des messages sincères sur l'amitié et l'émotion de l'enfant qui reçoit son premier cadeau de Noël alors qu'il ne croyait plus au Père Noël parce que né dans une famille pauvre, il faut supporter un discours un peu artificiel, presque sentencieux sur la croyance. La conséquence est que la nationalité américaine du film nous saute à nouveau à l'esprit et nous fait sortir de la rêverie dans laquelle nous baignions.

Le Blu-Ray contient des bonus qui mettent surtout en avant les aspects techniques de la fabrication du film. On peut y voir les performances de Tom Hanks qui y interprète pas moins de 6 personnages.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…