Accéder au contenu principal

The Polar express (2004) - Robert Zemeckis

Il y a certains films, je freine pour les voir. Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquent. Parmi eux, il y a ce Polar express de Robert Zemeckis sorti en 2004 et adapté d'un livre de Chris Van Allsburg. Pourtant, Zemeckis est loin d'être un nain en matière de cinéma. On lui doit notamment la célèbre trilogie Back to the futureWho framed Roger Rabbit et encore Forrest Gump. Pendant toute sa carrière, il n'a cessé de chercher à repousser les limites techniques du cinéma, en témoignent les réussites qu'ont été, de ce point de vue, les films cités ; et qui sont d'ailleurs de vraies réussites cinématographiques devenues aujourd'hui des références. Avec The Polar express, son ambition était de repousser les limites de l'animation en utilisant les tous nouveaux procédés de la motion capture, technique qui permet de capter les mouvements d'un objet ou d'une personne réelle pour le transposer dans un environnement virtuel. En matière de cinéma d'animation (mais aussi pour les films classiques), les possibilités esthétiques et de mise en scène deviennent infinies.

Cependant, à l'époque, les bande-annonces m'avaient donné l'impression que la technique n'était pas aboutie, les expressions des visages et mouvements des personnages me semblant un peu raides. A cette impression, s'ajoutait la crainte de voir un conte pour enfants beaucoup trop bien pensant, un peu mièvre, voire gnangnan. Les années ont passé et il y a quelques mois de cela, je tombe sur le Blu-Ray du film converti en 3D active. Etant dans ma période films en 3D après l'acquisition d'une TV et d'un lecteur Blu-Ray 3D en début d'année, je n'hésitai pas à le prendre. Mais nous n'étions pas en période de Noël et les contes de Noël ne s'apprécient vraiment qu'en cette période. Alors voilà, lundi dernier, nous avons mis les lunettes 3D et embarqué dans le train.

C'est l'histoire d'un jeune garçon qui doute de l'existence du Père Noël. Alors que, comme le veut la chanson, c'est la belle nuit de Noël, que la neige étend son manteau blanc et que les enfants vont faire dodo, le Père Noël ne passe pas tout de suite. Le jeune garçon a la surprise d'être réveillé par un mystérieux train qui s'arrête devant sa maison. Invité par le contrôleur à monter, il rejoint dans un wagon d'autres enfants qui doutent aussi de l'existence du Père Noël pour un voyage mouvementé qui les conduira jusqu'au Pôle Nord.



Toute la partie à l'intérieur du train est une franche réussite. Le spectateur a l'impression d'être lui-même un passager qui fait lui aussi le voyage vers le Pôle Nord, émotion certainement accentuée par la conversion 3D. Tout est envoûtant, les décors, les couleurs, l'étrangeté de certaines situations, la traversée dangereuse d'un lac gelé qui se fissure ou les hauts et bas des rails en montagnes russes. Il est assez incroyable de constater à quel point les auteurs ont saisi et retranscrits les bizarreries que peuvent revêtir certains de nos rêves.

En revanche, la partie dans la cité du Père Noël est moins convaincante. Un peu longuette, elle entretient un faux suspense sur l'apparition du Père Noël qui s'apprête à partir pour sa longue tournée. De plus, malgré des messages sincères sur l'amitié et l'émotion de l'enfant qui reçoit son premier cadeau de Noël alors qu'il ne croyait plus au Père Noël parce que né dans une famille pauvre, il faut supporter un discours un peu artificiel, presque sentencieux sur la croyance. La conséquence est que la nationalité américaine du film nous saute à nouveau à l'esprit et nous fait sortir de la rêverie dans laquelle nous baignions.

Le Blu-Ray contient des bonus qui mettent surtout en avant les aspects techniques de la fabrication du film. On peut y voir les performances de Tom Hanks qui y interprète pas moins de 6 personnages.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…