Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2012

Avatar (2009) - James Cameron

Il se sera fait attendre le blu ray 3D de Avatar. Pourtant, si aujourd'hui les sorties de films en 3D au cinéma et en vidéo sont de plus en plus régulières, on le doit au dernier film en date de James Cameron. Sorti en octobre 2012 pour l'ensemble du public, l'édition 3D avait, dans un premier temps, été réservée en exclusivité aux acheteurs de matériels 3D Panasonic ; Ce qui constitue une attitude commerciale critiquable dans la mesure où pendant ce temps, plusieurs éditions 2D avaient été mises en vente.

Patiemment, j'ai attendu le blu ray 3D et j'ai bien fait. Elle est absolument splendide et il en aurait été étonnant du contraire. S'il a la réputation d'être tyrannique sur ses tournages, James Cameron n'en a pas moins changé le visage du cinéma dès les années 80 notamment par l'utilisation novatrice des images de synthèse. Avec Avatar, il a à nouveau changé le cours de l'histoire du cinéma en utilisant de nouvelles techniques en matière d…

Life of Pi (2012) - Ang Lee

Je suis allé voir Life of Pi il y a quelques jours sans rien connaitre du film si ce n'est sa bande annonce et le nom de son metteur en scène, Ang Lee. J'en connaissais donc le minimum, l'histoire d'un jeune homme qui, à la suite du naufrage du cargo sur lequel il se trouvait, trouve refuge à bord d'un canot de sauvetage en compagnie... d'un tigre. Les images de la bande annonce m'avait complètement conquis. Avant de voir le film, j'ignorais qu'il s'agissait de l'adaptation d'un roman écrit par un certain Yann Martel dont je ne connaissais même pas l'existence.
De Ang Lee, je n'avais vu que Crouching tiger, hidden dragon (beau mais un peu ennuyeux), Hulk (décevant, le metteur en scène semblant trop ceinturé par le cahier des charges imposé par Marvel et Universal) et Brokeback mountain (touchante histoire d'amour entre deux cow-boys homosexuels, une réussite).
Dans son dernier long métrage, Pi est un indien originaire de Pon…

Dix-sept mois de blog - Les statistiques

Fréquentations en baisse ce mois-ci avec 2076 pages vues alors que le mois précédent en totalisait 2375.


Pour l'origine des pays, le Royaume-Uni reprend la dixième place et la Tunisie sort du top 10.


Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Bond on Bond (2012) - Roger Moore

Cette année, James Bond a 50 ans de vie cinématographique. Les producteurs ont mis tout en œuvre pour qu'un maximum de personnes en soit informé ; C'est aussi l'un des angles de communication utilisé pour Skyfall. A même été célébré un James Bond day le 05 octobre dernier et qui correspond à la date exacte des 50 ans de la sortie de Dr. No, le premier film de la série. Aussi, en cette période anniversaire pour 007, ils sont plusieurs à vouloir leur part du gâteau et c'est ainsi qu'un nombre conséquent de livres sur le sujet sont sortis... à intérêt variable.

Il faut donc choisir parce que tout n'est pas intéressant ou ne répond pas forcément aux attentes de chacun et aussi parce que les budgets ne sont pas illimités. En ce qui me concerne, mon choix s'est porté sur le livre écrit par Roger Moore, Bond on Bond, traduit en France en James Bond par Roger Moore. La période où Roger Moore a incarné le personnage créé par Ian Fleming n'est pas celle que je p…

The Lord of the Rings - The Fellowship of the Ring (2001) - Peter Jackson

Ce mois ci sort The Hobbit - An unexpected journey, premier film d'une trilogie adaptant The Hobbit de J. R. R. Tolkien. Mis en scène par le néo-zélandais Peter Jackson, celui-ci avait déjà adapté en trois films l’œuvre la plus connue de Tolkien, The Lord of the Rings qui se déroule dans le même univers d'héroïc-fantasy où l'on retrouve également certains personnages.
The Lord of the Rings, le livre, m'est tombé des mains lorsque j'ai voulu le lire. Peut-être qu'un jour, je tenterai à nouveau la lecture de ce pavé mais toujours est-il que je n'avais pas du tout accroché au style d'écriture. Cependant, je ne voulais en aucun cas rater les films pour deux raisons : La première est que les univers fantastiques au cinéma me transportent sans problème à partir du moment où le métrage est réalisé avec goût. Le seconde fait que je voulais voir les nouveaux films de Peter Jackson qui fait partie du trio de tête de mes réalisateurs préférés avec Sergio …

Thunderball (1961) - Ian Fleming

"C'était un de ces jours où il semblait à James Bond que la vie, comme on l'a prétendu, n'est faite que de sets gagnés six quatre. Pour commencer, il avait honte de lui - ce qui était rare. Il avait une gueule de bois carabinée, avec maux de tête et articulations ankylosées. Quand il toussait - si l'on boit trop, on fume trop, et cela ne fait qu'aggraver votre gueule de bois - une nuée de petits points noirs voltigeaient devant ses yeux comme des infusoires dans une mare. Le premier verre qui dépasse votre ration se signale immanquablement à votre attention. Le dernier whisky, absorbé dans ce luxueux appartement de Park Lane, ne se différenciait pas des dix premiers, mais, bu à contrecœur, il avait laissé un goût amer et une affreuse sensation d'écoeurement. Malgré cet avertissement, Bond avait accepté de jouer un dernier robre. Cinq livres les cent points, comme c'est la dernière manche ? Il avait marché. Et il avait joué comme un idiot. Il voyait enc…

24 - Saison 1

La première saison de 24 a été diffusée en France de septembre à novembre 2002 (aux Etats-Unis, de fin 2001 à début 2002). Elle avait été annoncée comme révolutionnant le monde des séries, novatrice dans son concept et haletante dans son suspense. Les séries m'ayant trop souvent déçu, j'étais sceptique face aux annonces la concernant mais intéressé par le concept du temps réel (l'ensemble des 24 épisodes constituant une journée complète), j'ai regardé les deux premiers épisodes diffusés sur Canal +... pour ne plus lâcher jusqu'à la fin. A mes yeux, la réussite de 24, tant artistique que commerciale, est à l'origine de l'engouement dans le monde pour les séries américaines au début des années 2000 mais surtout du degré de qualité scénaristique de beaucoup d'entre elles. 24 avait mis la barre tellement haute qu'on ne pouvait plus se contenter de faire des K2000 et autres Magnum ; Même The X-Files, série phare des années 90, avait été ringardisée.
Bie…

Seize mois de blog - Les statistiques

Un mois de plus dans l'existence de La maison de Gaspard et le record de septembre 2012 est battu. En effet, le nombre de pages vues ce dernier mois atteint cette fois le nombre de 2375.

L'article sur le film The avengers a quitté le top 10 et c'est celui au sujet du roman Goldfinger qui est entré.


Quant aux pays d'origine des visiteurs, le Royaume-Uni ne fait plus partie des 10 premiers pays, c'est la Tunisie qui a pris sa place.


Emilie Simon

Je ne me souviens plus de la raison qui m'a poussé à acheter le hors-série du magazine Studio de l'année 2004. Il y avait avec le numéro un DVD contenant les bandes-annonces de films qui allaient sortir en 2005. Evidemment, je les ai regardées et l'une d'elles m'a immédiatement subjugué, celle de La marche de l'empereur, le film documentaire de Luc Jacquet. Je me souviens avoir eu un véritable coup de foudre pour les images qui promettaient un film magnifique. Ce fut le cas, lorsque le film est sorti, je n'ai pas tardé à aller le voir, il est magnifique.

Mais tout autant que les images, j'avais aussi remarqué la musique de la bande-annonce. Etait-elle celle du film ? En effet, il est régulier que la musique servant d'accompagnement à la bande-annonce d'un film soit celle d'un autre long métrage. Après quelques recherches, il semblait bien qu'il s'agissait de celle du film  ce que me confirma la séance cinéma.
C'est de cette faço…

Maniac (1980) - William Lustig

Quand le magnétoscope est arrivé au milieu des années 80 à la maison, je n'avais que 11 ans et à la question "Quel film veux-tu qu'on te loue ?" posée par mes parents, j'ai répondu "un film d'horreur". Le vidéo club représentait pour moi la possibilité de voir des films qui ne passaient pas à la télévision ou qu'on m'empêchait de voir au cinéma.
J'avais vraiment envie de voir des films d'horreur et d'épouvante, mes parents étaient moins disposés à m'en permettre l'accès. Je me souviens, ils m'avaient empêché de regarder les classiques Frankenstein et Dracula tout comme le Nosferatu, fantôme de la nuit de Werner Herzog diffusés à la télévision. Même Gremlins sorti à la fin de l'année 1984 m'avait été interdit au cinéma sous prétexte que ces monstres risquaient de me traumatiser. Ne me restait alors qu'à admirer les photos et lire les résumés de ces films dans les magazines tout en ravalant ma frustration. 

James Bond - Le club James Bond France - Le Bond n°29 Spécial Skyfall

Je savais bien que Le Bond n°29 n'allait pas tarder à atterrir dans ma boite aux lettres. Le club l'avait annoncé et la sortie de Skyfall approchait. c'est donc un numéro consacré au dernier film de l'espion ainsi qu'à ses 50 ans d'aventures cinématographiques.
Le magazine donne furieusement envie d'aller voir Skyfall. L'article de Philippe Lombard annonce "un James Bond exceptionnel". C'est exactement cela. A la fin du film, j'ai pensé qu'on avait là un James Bond d'exception, terme qui conclut d'ailleurs mon article qui lui est consacré.
Il y a de belles photos dont une de Naomie Harris, éblouissante ainsi qu'une double page établissant quelques parallèles entre des images de Skyfall et les films précédents. Effectivement, comment ne pas penser à Sean Connery appuyé sur l'Aston Martin DB-V au bord d'une route longeant les montagnes suisses en voyant Daniel Craig avec en arrière plan la fameuse voiture et les …

Skyfall (2012) - Sam Mendes

Me rendre au cinéma pour découvrir le nouveau James Bond est une démarche qui se démarque de toutes les autres fois où je vais en salle. Dans un an, cela fera 25 ans que je me passionne pour ce personnage. Pour ses 50 ans de cinéma, l'espoir de vivre quelque chose d'excitant est plus intense que jamais. Sur la route, au volant de la voiture, je fais un dernier point.
A l'exception de Away we go, j'ai vu tous les films de Sam Mendes qui met ici en scène son premier Bond. J'ai aimé chacun de ses films et savoir que ce n'est pas juste un "faiseur" derrière la caméra est certainement ce qui m'emballe le plus. Il y a Daniel Craig aussi bien sûr. Instantanément James Bond dans Casino Royale, il sauve à lui seul Quantum of solace de la totale insipidité grâce à son jeu intense. Lorsque j'ai su que c'était Javier Bardem qui incarnait l'ennemi du film, j'ai exprimé un "wahou" béat tant j'avais encore en tête son interprétatio…

Quinze mois de blog - Les statistiques

Ce mois-ci, il y a eu 2194 pages vues. C'est la 2ème fois que le nombre de pages vues est au-dessus de 2000. La première fois, c'était tout simplement le mois dernier avec 2230 pages vues. Ainsi, le nombre total est de 21324.

L'article sur les bronzés connait un succès qui m'étonne puisque posté en août dernier, il est aujourd'hui à la 5ème place des articles les plus lus depuis l'ouverture du blog. Soldier blue est sorti du classement.

Concernant les pays d'origine des visites, l'Irlande est sorti du classement et c'est le Royaume-Uni qui a pris sa place.

Titanic (1997) - James Cameron

Titanic, sorti en 1997, reste aujourd'hui le plus gros succès au box office enregistré en France et le deuxième au niveau mondial. Beaucoup de gens qui ne vont jamais au cinéma sont allés le voir en salle. Moi-même, je n'y ai pas résisté, surtout parce que le metteur en scène, James Cameron, est un cinéaste dont j'aime beaucoup le travail. Concernant Titanic, j'ai encore des souvenirs très précis de la séance, avec qui j'étais, dans quel cinéma et de cette salle remplie et excitée à l'idée de voir le film du moment qu'il ne fallait pas rater. Un moment de cinéma qu'on n'oublie pas.
Je n'avais pas revu Titanic depuis sa sortie. En vérité, tout le battage qui s'en était suivi m'avait finalement agacé jusqu'à en être écœuré. C'est le revers de la médaille de ces énormes succès qui finissent par énerver tant tout le monde en parle, des médias qui en profitent pour vendre du papier jusqu'aux proches qui y vont de leurs commentaire…

Taken 2 (2012) - Olivier Megaton

Luc Besson est un drôle de type. En tant que metteur en scène, il est capable de livrer de bons films (Le grand bleu, Nikita) comme de nettement moins bons (Jeanne d'Arcc). En tant que producteur via sa société Europa Corp, et il produit énormément de films, c'est la même chose, on est même dans une situation où le meilleur côtoie le pire. Le pire est très connu, il s'agit de la pitoyable série des Taxi mais il y a aussi celles du Transporteur. Que dire aussi de Banlieue 13 et sa suite, si ce n'est que c'est la même bêtise qui s'y exprime. On lui doit aussi un lamentable remake de Fanfan la tulipe ou une suite au polar Les rivières pourpres, Les rivières pourpres 2 : Les anges de l'apocalypse, qui a instantanément annihilé toute chance de développement d'une franchise policière intéressante... Ah, ce combat entre Benoît Magimel et un moine yamakasi au rayon fruits et légumes du supermarché local ! L'un de mes nanars préférés.
Pourtant, à côté, Luc B…

For your eyes only (1960) - Ian Fleming

Les Bond se suivent et ne se ressemblent pas, j'en avais déjà fait la remarque dans mon article sur Moonraker. Après sept romans, c'est un recueil de cinq nouvelles mettant en scène James Bond que livre Ian Fleming en 1960, des nouvelles aussi différentes les unes des autres que le sont ses romans. A nouveau, le créateur de James Bond fait preuve d'un talent et d'une imagination qui le distinguent de ce genre de littérature de l'époque, les OSS 117 et autres FX 18 ; Et à défaut de livrer des trames des plus élaborées, le format histoires courtes lui permet d'en dire un peu plus sur la personnalité de son personnage.

L'intrigue de la première nouvelle, From a view to a kill, n'étonne pas. On reste dans le domaine de l'espionnage mais la forme de l'histoire est plaisante et entretient le suspense.

"Les yeux protégés par de grosses lunettes de motocycliste étaient froids et durs comme des silex. Dans le hurlement de la BSA M 20, qui fonçait à…