Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2013

Dr No (1962) - Terence Young

2012 voyait James Bond fêter ses 50 ans d'existence cinématographique et la sortie de Skyfall fut le point d'orgue de cette année bondienne. Un James Bond day a aussi été institué le 05 octobre, date de la sortie de Dr No en 1962, premier opus d'une série de films qui a marqué et influencé le cinéma jusqu'à nos jours. Cette année anniversaire a vu aussi la sortie à la fin du mois de septembre d'un coffret réunissant toutes les aventures de l'agent secret britannique en blu-ray à l'exception de Never say never again qui ne fait partie de la liste des productions EON et bien évidemment de Skyfall. Heureux fus-je de recevoir le coffret un mois plus tard, pour mon 38ème anniversaire de la part de mes parents et ma soeur.

Les James Bond, je les ai eu sur tous les supports. D'abord enregistrés à la télévision puis en VHS achetés dans le commerce, les DVD m'ont permis de découvrir les versions originales et maintenant, j'entreprends de les revoir une …

Dix-huit mois de blog : Les statistiques

Nous sommes le 25 janvier, c'est le moment des statistiques mensuelles. Le nombre de pages vues ce mois ci est de 2317, ce qui est proche du record (2375 en novembre 2012).

Les 10 articles les plus consultés depuis le début sont les mêmes que le mois dernier même si les places ont un peu changé. La page Playlist de La maison de Gaspard mise en place hier a été vue 13 fois.



Pour les pays d'origine, les 10 premiers restent aussi les mêmes.



James Bond - Le Club James Bond France - Le Bond n°30

C'est avec un peu de retard que le dernier numéro du magazine Le Bond qui clôt l'année 2012, année anniversaire des 50 ans de cinéma de James Bond, est arrivé dans la boîte aux lettres. Je ne sais pas ce qui est passé par la tête de l'auteur de l'éditorial mais rapprocher Barack Obama et James Bond parce que "enterrés en période de crise, ressuscités en cette fin de 2012, voilà un vrai Président et un espion de fiction qui ont bien, du coup, des choses en commun" me parait assez saugrenu. De plus, on n'adhère pas à un tel club pour lire dans ses publications la fascination que peut avoir un collaborateur pour le président des Etats-Unis.

Le même exprime plus loin sa contrariété de voir que le gunbarrel de Skyfall ait été intégré à la fin comme ce fût le cas pour Quantum of solace alors que si ça se justifiait dans le 2ème Bond de Daniel Craig, ce n'est pas le cas dans le dernier. Sam Mendes n'en a pas moins mis en scène une ouverture sur James Bo…

Dracula & Dracula (1931)

En octobre 2012 est sorti un petit bijou, le coffret blu-ray Universal classic monters regroupant 8 films emblématiques du cinéma d'épouvante : Dracula (1931), Frankenstein (1931), The mummy (1932), The invisible man (1933), The bride of Frankenstein (1935), The wolf man (1941), The phantom of the Opera (1943) et The creature from the black lagoon (1954). Je ne pouvais pas passer à côté d'un tel coffret d'autant plus que les films ont été restaurés en haute définition, que l'ensemble contient quelques bonnes surprises telles que la version espagnole de Dracula tournée en même temps que la version américaine et que The creature of the black lagoon est proposé dans sa version 3D et que chaque blu-ray est rempli de bonus. De plus, l'objet en lui même est très beau, le coffret ayant la forme d'un cercueil et un intéressant livret consacré à ces personnages y est intégré.
Il s'agit ici de se concentrer sur le premier blu-ray :  Dracula. La version de 1931 est c…

Je n'ai pas pour habitude d'afficher mes opinions politiques 3 : La revanche

J'apprends qu'un un nouveau billet de 5 euros va être mis en circulation à partir du 2 mai et qu'il a été fièrement dévoilé par le président de la banque centrale européenne, Mario Draghi. J'ai déjà exprimé ce que je pensais de cette Union européenne ICI et des mensonges sur lesquels repose sa construction, je ne vais pas en rajouter une couche.
Ce que je remarque avec cette présentation, c'est tout le cynisme qui l'accompagne. On nous fait savoir que les nouveaux billets de 5 euros comportent une innovation : Un portrait d'Europe, princesse de la mythologie grecque qui a donné son nom au continent européen et maîtresse de Zeus avec qui elle a eu trois enfants dont Minos, juge des Enfers.
"L'euro est devenu au fil des ans le symbole le plus visible de l'intégration européenne", a affirmé Mario Draghi qui a ajouté que les billets devaient "continuer à refléter l'unité et la diversité de notre continent".
C'est sûr, ça doi…

The Lord of the Rings - The two towers (2002) - Peter Jackson

The Fellowship of the Ring posait les bases de l'épopée de The Lord of the rings. Dans The two towers, les forces de Sauron sont en marche et commencent la conquête et l'anéantissement des royaumes. Le sort du monde ne tient que dans les mains de deux petits hobbits, Frodo Baggins (Elijah Wood) et Samwise Gamgee (Sean Astin), en marche pour jeter l'anneau unique dans les flammes de la montagne du destin, seul moyen de vaincre définitivement Sauron. Ils doivent cependant composer avec Gollum qui accepte de les guider mais désire avant tout reprendre l'anneau unique qui fût jadis en sa possession. Pendant ce temps, les humains font ce qu'ils peuvent pour résister.
Le deuxième volet de la trilogie confirme l'immense travail accompli sur l’adaptation de l'oeuvre de Tolkien et le talent de Peter Jackson. Peut-être un peu plus bavard que le premier opus, ce qui a pour effet que le film peut parfois sembler un peu longuet, The two towers n'en constitue pas moi…

The spy who loved me (1962) - Ian Fleming

"J'étais en fuite. Je fuyais l'Angleterre, mon enfance, l'hiver, une série d'affaires de coeur peu reluisantes et sans intérêts, quelques meubles boiteux, un fouillis de vêtements trop portés qui s'étaient amoncelés autour de moi depuis que je vivais à Londres ; je fuyais la malpropreté, l'odeur de moisi, le snobisme, le confinement qui engendre la claustrophobie, mon incapacité à prendre la tête du peloton, bien que en fait de pouliche, je ne sois pas l'une des plus vilaines. En vérité, tout me faisait fuir, tout ce qui peut faire fuir, sauf que je n'avais rien à craindre des gendarmes".
Les Fleming se suivent et ne se ressemblent pas. Au niveau de leur structure, chacun des romans du créateur de James Bond se différencie des autres et de tous, The spy who loved me est certainement le plus original au point de pouvoir paraître déconcertant. La narration à la première personne du singulier en est la première originalité. La deuxième est qu'…