Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2013

Goldfinger (1964) - Guy Hamilton

Goldfinger, malgré son âge, est très certainement l'un des James Bond les plus connus, l'un des premiers titres qui vient à l'esprit quand on parle du célèbre espion britannique. La raison en est simple : c'est le film qui a popularisé 007 au niveau mondial, celui à l'origine de la bondmania qui ne s'est jamais éteinte malgré des hauts des bas et l'absence des écrans pendant 6 ans entre 1989 et 1995.
Goldfinger, ce sont des idées novatrices et marquantes : L'apparition du premier prégénérique explosif, la chanson tonitruante de Shirley Bassey (assurément l'un des meilleurs titres de la saga), Jill Masterson (Shirley Eaton), morte, allongée sur un lit et recouverte de peinture dorée, le chapeau tranchant de Odd-Job (Harold Sakata), l'Aston Martin DB5 remplis de gadgets, etc. Le 3ème film fait de James Bond une sorte de super-héros à qui rien ne résiste même pas une lesbienne immunisée des hommes, la dénommée Pussy Galore (Honor Blackman). Tout cel…

Vingt mois de blog : Les statistiques

Petite hausse de fréquentation ce mois-ci et le nombre de pages vues passe à nouveau au dessus des 2000 avec exactement 2129 pages vues. Le total depuis l'ouverture de La maison de Gaspard est de 32342. Le 6 mars dernier, le blog a atteint 30900 pages vues. Ainsi, en 7 mois, j'ai doublé le nombre de pages vues au cours de la 1ère année.
Concernant les articles les plus consultés, l'article sur le tome 4 de la bande dessinée Blacksad a quitté le top 10 pour être remplacé par celui sur le film Le père noël est une ordure.

Les 10 premiers pays visiteurs restent les mêmes.

Frankenstein (1931) - James Whale

Quand j'étais en CE2, je me souviens qu'une chaîne de télévision, Antenne 2 peut-être ou FR3, avait programmé plusieurs classiques de l'épouvante dont Dracula que j'ai chroniqué ICI, Frankenstein ainsi que d'autres. Programmés tard le soir, j'avais tanné mes parents pour pouvoir les regarder, mon insistance s'étant soldé par un échec. Je me souviens aussi qu'à l'école, les copains et moi nous étions partagés notre frustration de n'avoir pu voir ces films, ces monstres nourrissant notre imagination d'enfant. Il y en avait un, Laurent C, un doublant, qui du fait qu'il était plus âgé que nous, s'était permis de nous dire que nos parents avaient raison de nous censurer parce que Frankenstein était un monstre avec plein de cicatrices sur le visage, ce qui pouvait nous traumatiser. Je n'avais aucune leçon à recevoir de quiconque sur mes attraits cinématographiques et certainement pas d'un doublant. Je me souviens, je lui avais col…

Ice age : Continental drift (2012) - Steve Martino & Michael Thurmeier

Je dois reconnaître avoir un certain faible pour les longs métrages d'animation, à partir du moment où ils ne prennent pas trop les enfants pour des demeurés... ni les adultes d'ailleurs ; Parce que dans le genre, il y a à boire et à manger et les niaiseries se ramassent à la pelle. Les plus détestables sont ceux qui cumulent une histoire des plus bêtes avec une animation des plus approximatives. Rien de tout cela avec le 4ème opus de Ice age qui réussit à être meilleur que le précédent qui m'avait laissé un peu sur ma faim.

Manny le mammouth, Diego le tigre à dents de sabre et Sid le paresseux sont de retour. Bien sûr, on n'oublie pas Scrat l'écureuil dont la seule préoccupation est de courir après un gland sans jamais réussir à l'attraper mais dont la quête désespérée est à l'origine de catastrophes diverses. Ici, il est responsable de la dérive des continents, rien que ça. La conséquence est que Manny, Diego et Sid vont se retrouver séparés de leurs pro…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…