Accéder au contenu principal

Frankenstein (1931) - James Whale


Quand j'étais en CE2, je me souviens qu'une chaîne de télévision, Antenne 2 peut-être ou FR3, avait programmé plusieurs classiques de l'épouvante dont Dracula que j'ai chroniqué ICI, Frankenstein ainsi que d'autres. Programmés tard le soir, j'avais tanné mes parents pour pouvoir les regarder, mon insistance s'étant soldé par un échec. Je me souviens aussi qu'à l'école, les copains et moi nous étions partagés notre frustration de n'avoir pu voir ces films, ces monstres nourrissant notre imagination d'enfant. Il y en avait un, Laurent C, un doublant, qui du fait qu'il était plus âgé que nous, s'était permis de nous dire que nos parents avaient raison de nous censurer parce que Frankenstein était un monstre avec plein de cicatrices sur le visage, ce qui pouvait nous traumatiser. Je n'avais aucune leçon à recevoir de quiconque sur mes attraits cinématographiques et certainement pas d'un doublant. Je me souviens, je lui avais collé une mandale dans la tronche.

30 ans plus tard, je vois enfin Frankenstein. Laurent C avait menti. Frankenstein n'a pas le visage couvert de cicatrices parce que celui-ci est le savant qui créé l'être à partir de différents morceaux de cadavres humains. De plus, cet être, communément appelé la créature de Frankenstein n'a pas non plus le visage rempli de cicatrices et il n'est pas si effrayant que ça. Bon, c'est vrai, le film a plus de 80 ans. Ce qui était effrayant à l'époque, ne l'est plus aujourd'hui, surtout après huit décennies de surenchères dans le genre. Malgré cela, le film n'a pas pris une ride et ses qualités, principalement esthétiques, sont indéniables.

Entre ambiances gothiques et expressionnistes, le film offre de nombreuses images toujours saisissantes de nos jours, du cimetière où Henry Frankenstein (Colin Clive) et Fritz (Dwight Frye) son assistant viennent se fournir en cadavres jusqu'au moulin en feu où l'histoire se conclue sans oublier le laboratoire en haut d'une vieille tour de guet.

Les acteurs participent évidemment à la réussite de Frankenstein à commencer par Boris Karloff qui interprète la créature. Par sa gestuelle, l'acteur fait preuve d'indéniables subtilités conférant à son personnage une profonde humanité. La créature est une victime suscitant l'empathie plus qu'un monstre provocant la terreur. Persécuté par Fritz et sa torche en feu, il est rejeté par son créateur qui ne sait finalement pas quoi faire de lui. La scène où il jette à l'eau la petite fille Maria (Marilyn Harris) est terrible, il ne se rend pas compte qu'il vient de la noyer pensant que celle-ci allait flotter comme les fleurs qu'ils se sont amusés à lancer dans l'eau.

Il y a également ce passage toujours aussi dramatique aujourd'hui où la caméra suit le père de Maria, le corps de sa fille noyée dans ses bras, traversant le village en fête en célébration du mariage du docteur Frankenstein et d'Elizabeth (Mae Clarke). Progressivement, les villageois cessent de danser et de boire et se regroupent un à un derrière lui qui va déposer son enfant devant le bourgmestre. Très moderne pour l'époque. S'en suivra la traque de la créature.

Je n'ai pas lu le roman de Mary Shelley. Apparemment, des libertés et des raccourcis ont été pris par rapport à celui-ci. Malgré cela et sa courte durée, à peine 1h15, Frankenstein reste un bijou du cinéma d'épouvante. La restauration désormais visible sur le blu-ray ne fait qu'augmenter le plaisir. J'avais vu l'adaptation de Kenneth Branagh avec Robert De Niro dans le rôle du monstre et bien que sa fidélité à l'oeuvre d'origine soit reconnue, il ne m'avait pas autant impressionné.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…