Accéder au contenu principal

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en période hivernale évidemment. Hélas, le succès n'est pas aussi rapide. Avec moins de 200 pages vues pour le moment, il n'a pas encore atteint le top 10 et ne l'atteindra peut-être jamais. Pourtant, Les bronzés font du ski est bien meilleur. Les dialogues que beaucoup s'amusent à répéter viennent surtout de celui-ci et non du premier. Il semble pourtant être moins sollicité dans les moteurs de recherche.

27 ans plus tard, la même équipe s'est reconstituée pour un nouvel opus. J'ai hésité à rédiger un article à son sujet. Avec La maison de Gaspard, je veux éviter tout cynisme, moquerie ou critique facile, le genre de choses que je constate trop souvent quotidiennement pour ne pas me mettre dans cet état d'esprit avec ce que j'écris et que je partage. Bien sûr, tout un tas de thèmes et d'objets s'y prêtent facilement et je pourrais très bien le faire. C'est facile. Les bronzés 3 : Amis pour la vie peut se prêter facilement à ce petit jeu. Je ne pouvais cependant pas éviter d'en parler après avoir rédigé des billets sur les deux précédents, c'est en tout cas comme ça que je l'ai ressenti.

Les bronzés 3 débarque presque 30 après les premiers films au sein d'une vague ciné nostalgique marquée par le retour d'univers et de héros des années 70 et 80. Les américains ont ressorti Obi Wan Kenobi et Yoda (Star wars), Rambo, Rocky, John McClane, Indiana Jones et j'en oublie certainement. Les français voient le retour de Bernard Morin (Gérard Jugnot), Gigi (Marie-Anne Chazel) et Jean-Claude Dusse (Michel Blanc). On a les héros qu'on mérite. Si Louis de Funès était encore vivant, on aurait eu aussi droit à un nouvel épisode du gendarme de St-Tropez : Le gendarme en vadrouille ? Le gendarme et les fantômes ? Le gendarme chez les ch'tis ? Pour tous ces personnages, le nouvel opus est très attendu par le public mais c'est souvent la déception qui prime. A mon grand étonnement parce que je n'en attendais rien, seul le retour des personnages fétiches de Sylvester Stallone sont réussis : Rocky Balboa joue sur une nostalgie sincère et touchante, John Rambo sur une violence nihiliste stupéfiante de réalisme qui m'avait cloué sur place.

Mais je m'égare.

Le retour des bronzés n'est pas à la hauteur de l'attente. L'équipe du Splendid était drôle avant et leurs premiers films témoignent de leur fraîcheur à l'époque. Puis le temps a passé. Chacun des membres a quelques réussites dans sa carrière mais aussi pas mal de navets qui ont pu égratigner leur aura. Pire, les prises de position politique de certains ont pu consterner. Je pense à Christian Clavier. Mais bon, on peut décevoir et satisfaire le lendemain. Reste que Les bronzés 3 est une déception.

Dire que je n'ai pas ri à quelques vannes serait de la mauvaise foi. Je trouve les quelques postulats de départ plutôt amusants mais peu à peu le film s'enfonce dans la médiocrité. De plus, ils deviennent incapables de sortir des références aux précédents bronzés, surtout le deuxième, créant aussi l'impression qu'ils sont inaptes à créer de nouvelles situations aussi drôles que les précédentes. Le film devient carrément lourdingue avec cette histoire de mystérieuse bête qui les agresse un à un. Tout aussi gênant, il ressort également de l'ensemble une conception très amère de l'amitié.

J'ai eu aussi un autre problème pour la rédaction de cet article. A quelle saison de l'année se situe l'histoire. ?Ce n'est évidemment pas l'hiver, ça ne semble pas non plus être le plein été. J'ai tranché tièdement pour le printemps. Décidément, rédiger un article pour Les bronzés 3 m'aura causé quelques désagréments dont j'aurais pu en réalité me passer. Je ne m'y reprendrai plus.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Les westerns de Sergio Sollima

L'histoire du western italien veut qu'il y ait trois Sergio représentatifs du genre : Sergio Leone que l'on ne présente plus tant sa renommée a traversé les frontières et les années, Sergio Corbucci dont la noirceur a marqué et marque encore aujourd'hui ceux qui s'intéressent à lui, un nombre  qui a peu à peu grandi au fil des années et enfin, Sergio Sollima qui n'aura livré que trois westerns transalpins : La resa dei conti, Faccia a faccia et Corri uomo corri.
Ma découverte de ces films est récente. Selon quelques articles que j'avais lu bien avant de les regarder, les westerns de Sergio Sollima faisaient état d'un propos politique dans leur façon de prendre parti pour les faibles face aux puissants.
Dans La resa dei conti (1966), Jonathan Corbett (Lee Van Cleef), chasseur de primes candidat aux élections sénatoriales, se lance dans la traque de Cuchillo (Tomas Milian), accusé du viol et du meurtre d'une fillette. Avec Faccia a faccia (1967), un en…