Accéder au contenu principal

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en période hivernale évidemment. Hélas, le succès n'est pas aussi rapide. Avec moins de 200 pages vues pour le moment, il n'a pas encore atteint le top 10 et ne l'atteindra peut-être jamais. Pourtant, Les bronzés font du ski est bien meilleur. Les dialogues que beaucoup s'amusent à répéter viennent surtout de celui-ci et non du premier. Il semble pourtant être moins sollicité dans les moteurs de recherche.

27 ans plus tard, la même équipe s'est reconstituée pour un nouvel opus. J'ai hésité à rédiger un article à son sujet. Avec La maison de Gaspard, je veux éviter tout cynisme, moquerie ou critique facile, le genre de choses que je constate trop souvent quotidiennement pour ne pas me mettre dans cet état d'esprit avec ce que j'écris et que je partage. Bien sûr, tout un tas de thèmes et d'objets s'y prêtent facilement et je pourrais très bien le faire. C'est facile. Les bronzés 3 : Amis pour la vie peut se prêter facilement à ce petit jeu. Je ne pouvais cependant pas éviter d'en parler après avoir rédigé des billets sur les deux précédents, c'est en tout cas comme ça que je l'ai ressenti.

Les bronzés 3 débarque presque 30 après les premiers films au sein d'une vague ciné nostalgique marquée par le retour d'univers et de héros des années 70 et 80. Les américains ont ressorti Obi Wan Kenobi et Yoda (Star wars), Rambo, Rocky, John McClane, Indiana Jones et j'en oublie certainement. Les français voient le retour de Bernard Morin (Gérard Jugnot), Gigi (Marie-Anne Chazel) et Jean-Claude Dusse (Michel Blanc). On a les héros qu'on mérite. Si Louis de Funès était encore vivant, on aurait eu aussi droit à un nouvel épisode du gendarme de St-Tropez : Le gendarme en vadrouille ? Le gendarme et les fantômes ? Le gendarme chez les ch'tis ? Pour tous ces personnages, le nouvel opus est très attendu par le public mais c'est souvent la déception qui prime. A mon grand étonnement parce que je n'en attendais rien, seul le retour des personnages fétiches de Sylvester Stallone sont réussis : Rocky Balboa joue sur une nostalgie sincère et touchante, John Rambo sur une violence nihiliste stupéfiante de réalisme qui m'avait cloué sur place.

Mais je m'égare.

Le retour des bronzés n'est pas à la hauteur de l'attente. L'équipe du Splendid était drôle avant et leurs premiers films témoignent de leur fraîcheur à l'époque. Puis le temps a passé. Chacun des membres a quelques réussites dans sa carrière mais aussi pas mal de navets qui ont pu égratigner leur aura. Pire, les prises de position politique de certains ont pu consterner. Je pense à Christian Clavier. Mais bon, on peut décevoir et satisfaire le lendemain. Reste que Les bronzés 3 est une déception.

Dire que je n'ai pas ri à quelques vannes serait de la mauvaise foi. Je trouve les quelques postulats de départ plutôt amusants mais peu à peu le film s'enfonce dans la médiocrité. De plus, ils deviennent incapables de sortir des références aux précédents bronzés, surtout le deuxième, créant aussi l'impression qu'ils sont inaptes à créer de nouvelles situations aussi drôles que les précédentes. Le film devient carrément lourdingue avec cette histoire de mystérieuse bête qui les agresse un à un. Tout aussi gênant, il ressort également de l'ensemble une conception très amère de l'amitié.

J'ai eu aussi un autre problème pour la rédaction de cet article. A quelle saison de l'année se situe l'histoire. ?Ce n'est évidemment pas l'hiver, ça ne semble pas non plus être le plein été. J'ai tranché tièdement pour le printemps. Décidément, rédiger un article pour Les bronzés 3 m'aura causé quelques désagréments dont j'aurais pu en réalité me passer. Je ne m'y reprendrai plus.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…