Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2013

9 mois ferme (2013) - Albert Dupontel

J'aime bien Albert Dupontel. Je l'ai déjà dit dans mon article sur Le convoyeur, je le considère comme l'un des meilleurs acteurs-réalisateurs français actuels. Ainsi, je ne pouvais pas passer à côté de 9 mois ferme dont il a écrit le scénario, où il assure la mise en scène et dans laquelle il partage la tête d'affiche avec Sandrine Kiberlain.
Ariane Felder (Sandrine Kiberlain) est juge d'instruction. Célibataire endurcie, elle ne vit que par et pour son travail et est promise aux plus hautes fonctions de la magistrature. Lors du réveillon de fin d'année, elle est encore dans son bureau au milieu de ses dossiers alors que ses collègues font la fête dans l'enceinte du tribunal. Ceux-ci viennent la chercher et parviennent tant bien que mal à la convaincre de les rejoindre. Elle finit par se lâcher et se prend une cuite phénoménale dont elle n'aura aucun souvenir le lendemain. Six mois plus tard, elle apprend qu'elle est enceinte de six mois et à peu …

Vingt-sept mois de blog - Les statistiques

On reste dans un nombre de pages vues similaires par rapport au mois dernier. 1896 pages vues ce mois-ci, ce qui amène l'historique global des pages vues à 46217.
Un petit changement dans le top 10 des articles les plus vus depuis l'ouverture. Le sujet consacré au roman Goldfinger quitte la 10 ème place et est remplacé par celui qui concerne Les bronzés font du ski.

Pages vues par pays

Paris Match - Historia - Hors-série - James Bond, des films, du rêve et la réalité - 17 octobre 2013

En cette période plutôt calme en actualités bondiennes, il est assez surprenant de découvrir dans les rayons des maisons de la presse une revue entièrement consacrée à James Bond, d'autant plus qu'elle ne se contente pas d'une énième rétrospective des films depuis Dr No. Il s'agit d'un hors-série concocté par les magazines Paris Match et Historia dont l'ambition est annoncée en première de couverture : "Depuis 1953, les grands événements historiques qui ont inspiré l'oeuvre de Ian Fleming".

Effectivement, on débute avec Ian Fleming mais de façon trop courte à mon avis. Après un chapitre "Ian Fleming et James Bond tel père tel fils", plutôt pas mal d'ailleurs et rédigé par Victor Battaggion présenté comme "passionné par l'itinéraire de Ian Fleming", on passe aux films alors qu'il y avait un peu plus de choses à dire sur ce qui a inspiré le créateur de James Bond dans l'écriture de ses aventures ; mais bon, les f…

Alex (2011) - Pierre Lemaître

"Alex adore ça. Il y a déjà près d'une heure qu'elle essaye, qu'elle hésite, qu'elle ressort, revient sur ses pas, essaye de nouveau. Perruques et postiches. Elle pourrait y passer des après-midi entiers.
Il y a trois ou quatre ans, par hasard, elle a découvert cette boutique, boulevard de Strasbourg. Elle n'a pas vraiment regardé, elle est entrée par curiosité. Elle a reçu un tel choc de se voir ainsi en rousse, tout en elle était transformé à un tel point qu'elle l'a aussitôt achetée, cette perruque.
Alex peut presque tout porter parce qu'elle est vraiment jolie. Ça n'a pas toujours été le cas, c'est venu à l'adolescence. Avant, elle a été une petite fille assez laide et terriblement maigre. Mais quand ça s'est déclenché, ç'a été comme une lame de fond, le corps a mué presque d'un coup, on aurait dit du morphing en accéléré, en quelques mois, Alex était ravissante. Du coup, comme personne ne s'y attendait plus, cette gr…

The invisible man (1933) - James Whale

Je poursuis le visionnage des films regroupés dans le coffret blu-ray des classic monsters du studio Universal. Cette fois, il s'agit de The invisible man, libre adaptation du roman de Herbert George Wells réalisée par James Whale qui avait déjà mis en scène Frankenstein (inclus dans le même coffret et que j'ai chroniqué ICI). Je n'avais jamais eu l'occasion de voir ce classique de l'épouvante même si j'avais vu d'autres productions dont le personnage principal est un personnage invisible. Il y a Memoirs of an invisible man (l'un des rares John Carpenter m'ayant un peu déçu), Hollow man (un Paul Verhoeven mal aimé mais que je trouve intéressant) et quelques épisodes des séries The invisible man avec David McCallum dans le rôle titre et Gemini man où le héros contrôle son invisibilité grâce à une montre spéciale.

C'est pas une soirée d'hiver, sous la neige, que débute The invisble man. Les clients d'une auberge d'un village isolé voi…