Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2014

Enchanted kingdom (2014) - Patrick Morris, Neil Nightingale

Je suis toujours surpris quand un film documentaire rencontre le succès. C'est le cas de Enchanted kingdom qui a énormément fonctionné au Japon. Les raisons sautent aux yeux dès le début. Les images, directement filmées en 3D et commentées par Lambert Wilson pour la version française, sont magnifiques et immersives. Certains ralentis (les gnous attaqués par les crocodiles par exemple) sont saisissants.
C'est aussi l'occasion d'étendre un peu sa culture générale et d'apprendre sur notre planète. Elle est si peu connue en réalité. Ainsi, j'ignorais complètement ce phénomène assez étonnant à propos du Mont Kenya qui consiste en des variations climatiques extrêmes entre le jour et la nuit jusqu'à geler lorsque le soleil est couché. Les images qu'en recueillent les réalisateurs sont de toute beauté. De nombreux passages offrent de façon étonnante des plans très rapprochés de la flore et la faune qui s'animent devant nos yeux ; peut-être même sommes-nous…

Le Nord-Pas-de-Calais

Je pensais avoir une assez bonne connaissance de la région dans laquelle je suis né, où j'ai grandi et où, après une parenthèse picarde et en fonction des circonstances et des rencontres, je suis retourné vivre. Principalement, mes origines se partagent entre le bassin minier, l'Artois et la Côte d'Opale. Un bouquin qui m'a été offert récemment a remis en cause cette certitude. Il s'agit de celui consacré à la région aux éditions Ouest France dans la série "Itinéraires de découvertes".

"Le Nord-Pas-de-Calais ? Les ch'tis, les Flandres, les mines (fermées), les bières mousseuses, les pavés, les beffrois... parfois la gare du Nord, direction Lille. Voilà en général comment est représentée cette région dans ce qu'on appelle "l'inconscient collectif". Du reste, tout cela se retrouve effectivement dans cette région, parfois jusqu'à la caricature (mais celle-ci n'est-elle pas provoquée par l'oeil du touriste et l'encr…

Durango - Tome 5 : Sierra sauvage

Durango est retenu dans une prison du Texas au début de Sierra sauvage où il attend d'être pendu. Un marché lui est imposé par des représentants de l’État texan : il obtiendra l'immunité s'il retrouve et ramène Amos (cf. le tome précédent), toujours en cavale au Mexique. Évidemment, Durango sera étroitement encadré par des marshalls au cours de cette "mission".
Ce cinquième album est donc la suite directe de "Amos" pour une trilogie qui s'achèvera avec l'album suivant, Le destin d'un desperado. Alors que le personnage est avant tout inspiré de celui joué par Jean-Louis Trintignant dans Il grande silenzio, c'est la voix française de Clint Eastwood qu'il a dans les westerns de Sergio Leone, celle de Jacques Deschamps, qui résonnait dans ma tête quand le pistolero parlait dans cette aventure. Si les films étrangers se regardent en VO, il existe des exceptions, les westerns italiens en font partie. En effet, les acteurs étant souven…

Walking dead - 2. Cette vie derrière nous...

Le groupe de survivants avec lequel le lecteur fait connaissance dans Passé décomposé décide de quitter leur campement pour trouver un environnement plus sûr. En route, ils tombent sur d'autres humains qui essaient de survivre dans ce chaos. La femme de Rick se rend compte qu'elle est enceinte. Il y a de fortes chances que le père ne soit pas Rick, son mari, mais Shane avec qui elle a eu une relation pendant que Rick était dans le coma et que le monde s'envahissait de morts vivants. Leur périple les mène à un quartier résidentiel où ils décident de s'installer après avoir pris soin d'éliminer les zombies qui y avaient élu domicile.
Résumé de cette façon, cela donne un peu l'impression d'un Dallas au pays des morts-vivants mais dans ce deuxième tome l'histoire progresse et les personnages prennent un peu d'épaisseur. Cette vie derrière nous... est agréable à suivre, entre les angoisses et les états d'âme des protagonistes ainsi que les moments i…

Durango - Tome 4 : "Amos"

J'aime bien les westerns italiens mais je suis loin d'en connaître toutes les productions et l'entier historique du genre. Pendant longtemps, j'en suis resté aux films de Sergio Leone et au Django de Sergio Corbucci en ignorant beaucoup d'autres alors que certains méritent qu'on s'y intéresse un peu. La série de bandes dessinées Durango est très influencée par le western transalpin. Quand on connait le film Il grande silenzio, on s'aperçoit que le premier tome Les chiens meurent en hiver s'en inspire grandement. Je me demande donc si le personnage d'Amos qui apparait dans l'album dont il est question ici n'est pas inspiré de Cuchillo dans La resa dei conti (titre français : Colorado) ou si Yves Swolfs ne se serait pas inspiré d'un personnage d'un autre western italien. Considérant donc les influences du genre dans les précédents tomes et ceux qui suivront, la question peut être posée. Si quelqu'un a la réponse, il est cordia…