Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2015

Durango - Tome 10 : La proie des chacals

Dans ce dixième tome, Durango est confronté à des proxénètes qui enlèvent des indiennes pour leurs établissements à la frontière mexicaine. Le réseau est contrôlé et dirigé par des représentants de la loi et des notables avec à sa tête un certain Alonzo. Dès le début, Durango a des ennuis avec eux pour avoir liquidé quelques hommes de main de la bande mais ce geste lui attirera la sympathie et l'aide d'un Navajo à la recherche de sa compagne disparue au sein du réseau.

La proie des chacals m'a paru plus violent que les précédents albums notamment en raison de l'arme qu'utilise systématiquement l'indien, un poignard, pour transpercer l'abdomen des ennemis ou pour leur trancher la gorge. Yves Swolfs n'hésite jamais à dessiner des effusions de sang bien écarlate.

L'histoire, sans temps mort, se conclut par l'avancée meurtrière de Durango et du Navajo dans les rangs d'Alonzo jusqu'à ce qu'ils retrouvent la compagne de l'indien.

Le de…

Contes de la peur et de l'angoisse - Guy de Maupassant

Voilà quelque temps que ce livre attirait mon regard chaque fois que je m'arrêtais devant la bibliothèque. Parce qu'on ne peut pas uniquement lire des romans d'espionnage et des thrillers, j'ai eu envie de changer le genre de mes lectures et c'est ainsi que j'ai ouvert ce recueil qui regroupe quarante sept nouvelles de Guy de Maupassant.
Rapidement, le lecteur peut se rendre compte que les éléments effrayants relèvent le plus souvent de la folie d'un individu que d'un quelconque surnaturel. Un coup d’œil à la biographie de l'auteur permet d'apprendre qu'à cause de la syphilis, son état physique et mental n'avait cessé de se détériorer. Je vois donc la plupart de ses nouvelles comme étant le résultat de sa folie.

 C'est sur la terrasse d'une location de vacances, en côte flamande de la Belgique et le soleil au beau fixe que j'ai lu la majeure partie de ces Contes de la peur et de l'angoisse. L'idéal aurait été de l…

Mad Max : Fury road - George Miller

Bon sang... quelle claque ! Je n'avais pas vu un tel spectacle depuis... depuis Mad Max 2 : The road warrior. Les bandes annonces ne sont pas trompeuses, ce qu'elles promettaient est à l'écran. George Miller, qui était déjà celui à qui l'on devait les trois premiers opus, vient de réussir le retour de son personnage trente ans après Mad Max : Beyond thunderdome (le décevant troisième Mad Max).
Cette fois non interprété par Mel Gibson, il était possible de se demander ce qu'allait donner Tom Hardy dans le rôle qui a fait connaitre l'acteur australien dans le monde. En effet, Mel Gibson, même s'il a interprété d'autres rôles qui ont marqué sa carrière (je pense par exemple au Martin Riggs des Lethal weapon), il est d'abord et pour toujours Max Rockatansky, car aucun n'a la puissance de Max et aussi parce que ces films m'ont marqué pour toujours.
Tout de cuir vêtu, Tom Hardy est Max dès les premières minutes du film ; surtout en fait parce que…

The living daylights (1987) - John Glen

Les agents 002 et 004 du MI6 sont assassinés au cours d'un d'entraînement sur le détroit de Gibraltar, entraînement auquel participait James Bond (Timothy Dalton). Celui-ci prendra en chasse le tueur qui mourra sans qu'il n'ait révélé quoi que ce soit. Sur le corps d'un des agents est découvert le message suivant : "Smiert spionam", autrement dit "Mort aux espions" en russe. Le général Georgi Koskov (Jeroen Krabbé) que James Bond aide à rejoindre l'Ouest affirme que le général Leonid Pushkin (John Rhys-Davies) a lancé une vaste opération d'éliminations d'agents de l'Ouest. M ordonne à Bond de tuer Pushkin mais l'agent britannique ayant des doutes quant à cette version des faits préfère établir le contact avec Kara Milovy (Maryam d'Abo), la fiancée de Koskov.
C'est dans un véritable scénario d'espionnage que le premier Bond de Timothy Dalton transporte le spectateur mais une fois que l'on a connaissance de tou…

Il était une fois en France - Tome 6 : La Terre Promise

Sixième et dernier tome de la bande dessinée qui s'inspire de la vie de Joseph Joanovici, ce ferrailleur juif originaire de Bessarabie qui a fait fortune en France pendant l'occupation allemande. L'opus s'ouvre sur son procès en 1949 où il est reconnu coupable de collaboration. Assigné à résidence à Mende, on le voit remonter peu à peu sa fortune en se lançant dans de nouvelles affaires avec l'aide de Lucie, à la fois son bras droit et sa maîtresse. Il a en tête de rejoindre Israël.
Malgré sa détermination, son sens des affaires et de la roublardise, Joanovici a de plus en plus de mal à échapper à son passé. Étant parvenu à rejoindre Israël en profitant de la loi du retour, il en sera rapidement expulsé en raison de ses activités de collaboration. A ce propos, il est l'un des seuls juifs à qui Israël refusera l'application de cette loi. Il doit aussi faire face à ses filles qui lui reprochent d'être responsable de la mort de leur mère.

Après avoir illu…

Colonel Sun (1968) - Robert Markham

"James Bond, abordant le dix-huitième trou du parcours de golf de Sunningdale, savourait la paix d'un après-midi anglais ensoleillé du début de septembre. Il venait de placer sa balle en droite ligne à deux cent cinquante mètres, un coup qui avait exigé de lui un effort de tous ses muscles, sans qu'il éprouvât le moindre soupçon de douleur dans la région où, l'été passé, la balle de derringer de Scaramanga lui avait déchiré l'abdomen".

Robert Markham est un pseudonyme derrière lequel nous trouvons Kingsley Amis et Colonel Sun n'est pas sa première incursion dans l'univers littéraire de James Bond. En effet, Glidrose publications, la société qui avait en charge la protection et la gestion des œuvres de Ian Fleming, lui avait déjà confié la finalisation de The man with the golden gun. Le créateur de 007 était décédé avant d'avoir pu apporter les dernières corrections à son ultime roman. Toujours avant Colonel Sun, Kingsley Amis avait également rédi…

Walking dead - 5. Monstrueux

La vie au sein de la prison qui protège les survivants des zombies (ou des rôdeurs comme ils sont dénommés dans ce comic) s'organise de plus en plus quand un hélicoptère survolant la région est aperçu pour très vite s'écraser au loin. Quelques-uns (dont Rick, le personnage principal que l'on suit depuis les premières pages, Michonne, l'experte dans le maniement du katana et Glenn, un jeune asiatique, ancien livreur de pizzas) décident de rejoindre le lieu du crash. Pendant leur virée, les protagonistes se dévoilent un peu et l'on apprend par exemple qu'avant le basculement du monde, Michonne était avocate. C'est aussi l'occasion pour ceux restés à la prison dans l'attente du retour de leurs compagnons de se confier.

Ainsi, les différents protagonistes prennent de l'épaisseur au fil des pages. Walking dead ne se contente pas d'être un simple divertissement horrifique, divers thèmes sont abordés, l'évolution psychologique des personnages,…