Accéder au contenu principal

Durango - Tome 10 : La proie des chacals

Dans ce dixième tome, Durango est confronté à des proxénètes qui enlèvent des indiennes pour leurs établissements à la frontière mexicaine. Le réseau est contrôlé et dirigé par des représentants de la loi et des notables avec à sa tête un certain Alonzo. Dès le début, Durango a des ennuis avec eux pour avoir liquidé quelques hommes de main de la bande mais ce geste lui attirera la sympathie et l'aide d'un Navajo à la recherche de sa compagne disparue au sein du réseau.

La proie des chacals m'a paru plus violent que les précédents albums notamment en raison de l'arme qu'utilise systématiquement l'indien, un poignard, pour transpercer l'abdomen des ennemis ou pour leur trancher la gorge. Yves Swolfs n'hésite jamais à dessiner des effusions de sang bien écarlate.

L'histoire, sans temps mort, se conclut par l'avancée meurtrière de Durango et du Navajo dans les rangs d'Alonzo jusqu'à ce qu'ils retrouvent la compagne de l'indien.

Le dessin est toujours de qualité mais les détails m'ont cette fois paru moins travaillés. Le résultat est que le graphisme tend à se lisser, lui faisant perdre un peu de sa personnalité alors qu'il s'agissait de la force des premiers albums.

Je n'ai cette fois pas remarqué de références à un western en particulier, peut-être y en a t-il ? Je dirais simplement que le thème de l'album s'inscrit dans cette vague post classique (c'est-à-dire après les westerns des années cinquante) où les cinéastes américains prenaient conscience que les indiens n'étaient pas nécessairement les sauvages dépeints pendant de nombreuses années dans leur cinéma. Je pense par exemple à ce film que j'ai vu il y a plus de vingt ans (et que j'aimerais revoir un jour) réalisé par le tendancieux Michael Winner, Chato's land (titre français : Les collines de la terreur), où un Apache joué par Charles Bronson venge le viol et le meurtre de sa femme commis par un groupe de cowboys.

De ce dont je me souviens, en prenant fait et cause pour un indien et sa compagne, et par le traitement de son histoire, La proie des chacals me semble s'inscrire dans le même registre que Chato's land.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Les westerns de Sergio Sollima

L'histoire du western italien veut qu'il y ait trois Sergio représentatifs du genre : Sergio Leone que l'on ne présente plus tant sa renommée a traversé les frontières et les années, Sergio Corbucci dont la noirceur a marqué et marque encore aujourd'hui ceux qui s'intéressent à lui, un nombre  qui a peu à peu grandi au fil des années et enfin, Sergio Sollima qui n'aura livré que trois westerns transalpins : La resa dei conti, Faccia a faccia et Corri uomo corri.
Ma découverte de ces films est récente. Selon quelques articles que j'avais lu bien avant de les regarder, les westerns de Sergio Sollima faisaient état d'un propos politique dans leur façon de prendre parti pour les faibles face aux puissants.
Dans La resa dei conti (1966), Jonathan Corbett (Lee Van Cleef), chasseur de primes candidat aux élections sénatoriales, se lance dans la traque de Cuchillo (Tomas Milian), accusé du viol et du meurtre d'une fillette. Avec Faccia a faccia (1967), un en…

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…