Accéder au contenu principal

The living daylights (1987) - John Glen


Les agents 002 et 004 du MI6 sont assassinés au cours d'un d'entraînement sur le détroit de Gibraltar, entraînement auquel participait James Bond (Timothy Dalton). Celui-ci prendra en chasse le tueur qui mourra sans qu'il n'ait révélé quoi que ce soit. Sur le corps d'un des agents est découvert le message suivant : "Smiert spionam", autrement dit "Mort aux espions" en russe. Le général Georgi Koskov (Jeroen Krabbé) que James Bond aide à rejoindre l'Ouest affirme que le général Leonid Pushkin (John Rhys-Davies) a lancé une vaste opération d'éliminations d'agents de l'Ouest. M ordonne à Bond de tuer Pushkin mais l'agent britannique ayant des doutes quant à cette version des faits préfère établir le contact avec Kara Milovy (Maryam d'Abo), la fiancée de Koskov.

Avec Maryam d'Abo - Week-end James Bond, les 8 et 9 octobre 2011 - Le Touquet
C'est dans un véritable scénario d'espionnage que le premier Bond de Timothy Dalton transporte le spectateur mais une fois que l'on a connaissance de tous les enjeux, j'ai un peu envie de dire "tout ça pour ça" ; toutes ces histoires de mensonges et d'informations erronées envers les services secrets anglais pour que le MI6 fasse éliminer un responsable soviétique afin que quelques trafiquants aient toute liberté d'agir  jusqu'en Afghanistan, c'est un peu tiré par les cheveux. Les ennemis se compliquent bien la vie !

Cela dit, comme si l'arrivée d'un nouvel interprète de 007 avait motivé les équipes techniques, le metteur en scène John Glen en tête, The living daylights contient parmi les scènes les plus exaltantes de la série, du moins parmi celles qui, toujours, m'amusent beaucoup. Du prégénérique sur le détroit de Gibraltar aux combats dans l'aéroport russe en Afghanistan en passant par l'attaque au manoir de Blayden sans oublier tous ces moments où James Bond est au volant de l'Aston Martin pleine de gadgets, jamais je ne me suis lassé de tous ces instants. Systématiquement, ils m'enthousiasment. La bande originale de John Barry qui a modernisé son style n'est pas non plus étrangère au sentiment général que j'ai pour le film, de même que la chanson titre de A-ha qui a accompagné mon adolescence.

Il est appréciable aussi de constater l'évolution des rapports entre James Bond et l'agent Saunders (Thomas Weathley) au fil des rencontres.. D'abord froid et distant l'un envers l'autre, respect et reconnaissance naitront entre eux. Le spectateur peut parfaitement ressentir la colère de James Bond au moment de l'assassinat de Saunders.

C'est aussi un plaisir de voir à nouveau Felix Leiter (joué cette fois par John Terry), personnage n'avait pas été utilisé depuis Live and let die (du moins dans une production EON, Leiter étant présent dans Never say never again sous les traits de Bernie Casey).

On regrettera alors que la partie se déroulant en Afghanistan (le film a été conçu pendant la guerre d'Afghanistan opposant l'armée soviétique aux moudjahidines) ait tendance à traîner un peu en longueur en se faisant succéder, sans qu'il n'en soit nécessaire, les morceaux de bravoure, retardant ainsi la conclusion du film.

L'image du Blu-ray du coffret Bond 50  est très belle, les couleurs et les contrastes sont à la fois chauds et subtils. C'est assez surprenant de constater que même pour des Bond assez récents (remarque tout de même relative, The living daylights a déjà presque trente ans ; et dire que je me souviens avoir lu des articles dans la revue L'Ecran Fantastique à sa sortie), il est encore possible d'obtenir une image que l'on n'avait pas constatée jusqu'à présent.

Commentaires

  1. Au-delà des insuffisances du film, il reste qu'enfin, on revient à quelque chose de sérieux, dans l'ensemble. Les pitreries de Moore, lamentables et grotesques, sont enfin terminées.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…