Accéder au contenu principal

Walking dead - 5. Monstrueux

La vie au sein de la prison qui protège les survivants des zombies (ou des rôdeurs comme ils sont dénommés dans ce comic) s'organise de plus en plus quand un hélicoptère survolant la région est aperçu pour très vite s'écraser au loin. Quelques-uns (dont Rick, le personnage principal que l'on suit depuis les premières pages, Michonne, l'experte dans le maniement du katana et Glenn, un jeune asiatique, ancien livreur de pizzas) décident de rejoindre le lieu du crash. Pendant leur virée, les protagonistes se dévoilent un peu et l'on apprend par exemple qu'avant le basculement du monde, Michonne était avocate. C'est aussi l'occasion pour ceux restés à la prison dans l'attente du retour de leurs compagnons de se confier.

Ainsi, les différents protagonistes prennent de l'épaisseur au fil des pages. Walking dead ne se contente pas d'être un simple divertissement horrifique, divers thèmes sont abordés, l'évolution psychologique des personnages, des sujets sociétaux et même l'organisation politique d'un groupe d'humains. D'ailleurs, si les survivants que nous suivons depuis plusieurs volumes tentent en réalité de reconstruire une organisation démocratique, Rick, Michonne et Glenn, dans leur périple vers l'hélicoptère vont tomber sur un autre groupe dont les fondements de la reconstruction sont tout autre et reposent entre les mains d'un homme qui se fait appeler le gouverneur et qui a établi un spectacle horrible pour divertir les gens. Au milieu d'un terrain de baseball, il livre à des zombies des humains bien vivants et dépourvus de moyens de défense. Ils doivent alors se débrouiller pour survivre, ce qui est quasiment impossible. Un spectacle horrible qui rappelle les combats des gladiateurs de Rome et qui ne sont pas non plus sans faire penser aux émissions de télé réalité actuelles. Un régime autocratique donc, où la population est abrutie par des jeux violents et idiots.

Depuis la trilogie des morts vivants de George A. Romero (Night of the living dead, Zombie, Day of the dead et qui s'est ensuite allongée de trois autres films à partir des années 2000), Walking dead est ce qu'il se fait de mieux en matière d'histoires de zombies, du moins jusqu'à présent. Vu le nombre de volumes (vingt-trois à ce jour), j'imagine que, tôt ou tard, quelques numéros se feront plus faibles. Pour le moment, c'est un sans faute.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Les westerns de Sergio Sollima

L'histoire du western italien veut qu'il y ait trois Sergio représentatifs du genre : Sergio Leone que l'on ne présente plus tant sa renommée a traversé les frontières et les années, Sergio Corbucci dont la noirceur a marqué et marque encore aujourd'hui ceux qui s'intéressent à lui, un nombre  qui a peu à peu grandi au fil des années et enfin, Sergio Sollima qui n'aura livré que trois westerns transalpins : La resa dei conti, Faccia a faccia et Corri uomo corri.
Ma découverte de ces films est récente. Selon quelques articles que j'avais lu bien avant de les regarder, les westerns de Sergio Sollima faisaient état d'un propos politique dans leur façon de prendre parti pour les faibles face aux puissants.
Dans La resa dei conti (1966), Jonathan Corbett (Lee Van Cleef), chasseur de primes candidat aux élections sénatoriales, se lance dans la traque de Cuchillo (Tomas Milian), accusé du viol et du meurtre d'une fillette. Avec Faccia a faccia (1967), un en…

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…