Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2015

Walking dead - 7. Dans l'oeil du cyclone

Le septième volume de Walking dead s'attache à décrire le quotidien des survivants à l'intérieur de la prison qui s'appliquent à mettre en place des codes et des règles de vie. Malgré les zombies qui occupent toujours l'environnement extérieur, serait-ce là les prémices d'une nouvelle société ? 
Ainsi, un mariage est organisé tandis que Rick apprend à sa femme qu'il sait que le bébé qu'elle attend n'est pas de lui. Les personnages vivent des petits drames du quotidien devant nos yeux. Une fois de plus, les propos de Umberto Eco dans Il superuomo di massa au sujet des comics me sont revenus. Il n'y avait aucun mépris de sa part, je crois me souvenir qu'il reconnait dans son livre avoir été un gros lecteur de ces bandes dessinées américaines, et la lecture de Walking dead qui est le premier comic que je lis véritablement confirme les ficelles utilisées par leurs scénaristes. Et j'y prends un réel plaisir.

Malgré leurs efforts de reconstructio…

Durango - Tome 11 : Colorado

Le onzième tome de Durango débute sur une base classique. Le héros arrive dans une ville qui est sous la coupe d'un shérif et ses adjoints, eux-même aux ordres d'un riche propriétaire, un certain Norton, qui possède toutes les mines de la région. Durango doit y rencontrer son futur employeur qui l'a contacté par un courrier anonyme. Yves Swolfs a déjà utilisé ce type de postulat de départ et il est possible d'en trouver des similaires dans les westerns au cinéma. Je pense par exemple au Pale rider de et avec Clint Eastwood et il y en a d'autres.
C'est dans le développement de l'histoire que l'auteur maintiendra l'intérêt du lecteur. La révélation de l'identité du futur employeur de Durango, si elle n'est pas étonnante, a au moins le mérite d'installer d'intéressants antagonismes. Les prétentions du shérif qui entend prendre le dessus sur Norton permettront aussi de mettre en place des situations qu'Yves Swolfs saura exploiter et…

Licence to kill (1989) - John Glen

Licence to kill est le premier James Bond que j'ai vu au cinéma. A l'époque, j'avais été un peu déçu, le canevas scénaristique étant similaire à de nombreuses productions cinématographiques des années quatre-vingts, à savoir une histoire de vengeance sur fond de trafic de drogue.
Depuis, je l'ai revu à la hausse. En effet, bien qu'il s'agisse pour la première fois d'un titre non issu des écrits de Ian Fleming, il me semble plutôt fidèle à l'esprit du créateur de James Bond. Il s'inspire d'ailleurs d'éléments qui avaient été ignorés dans les précédentes adaptations, en premier lieu la mutilation de Felix Leiter (David Hedison), jeté dans la mâchoire d'un requin, événement dramatique qui intervient dans le roman Live and let die mais entièrement ignoré dans sa pitoyable adaptation de 1973.

Dans Licence to kill, Leiter est jeté au requin alors qu'il vient tout juste de se marier. Parallèlement, Della, son épouse, sera tuée (et certainem…

Walking dead - 6. Vengeance

Rick, Michonne et Glenn parviennent à fuir Woodsburry, le lieu où l'autoproclamé gouverneur régnait en maître, pour retourner au pénitencier. Avec eux, Martinez qui ne supportait plus le gouverneur. Mais à leur arrivée à la prison, ils constatent que l'entrée est grande ouverte et que les morts vivants ont investi l'enceinte du bâtiment. L'inquiétude est grande quant au sort de ceux qui étaient restés là...

Les zombies sont une évidente menace pour les survivants mais les humains ne le sont-ils pas pour eux-même ? Martinez avait en réalité pour mission de retourner voir le gouverneur pour lui indiquer le chemin vers la prison, lieu nettement plus sécurisé.

Rick prend de la consistance. Il n'hésitera pas à écraser Martinez avec un camping-car alors qu'il partait rejoindre le gouverneur pour lui donner le chemin vers la prison. Rick s'interrogera sur sa propre condition d'être humain pour avoir tué froidement Martinez.

Bien sûr, on reste sur des considéra…