Accéder au contenu principal

Walking dead - 17. Terrifiant

Je concluais mon billet sur le précédent volume de Walking dead en demandant si la période de paix allait perdurer. Le suivant apporte déjà la réponse : non.

Un nouveau groupe fait son apparition, celui de Negan et ses hommes, qui sont loin d'être pacifistes. De fait, les premières hostilités apparaissent et deux personnages pivots de la série trouvent la mort. Il s'agit d'Abraham et de Glenn. Ce dernier est violemment massacré à coups de batte de baseball renforcé par du fil barbelé par ce fameux Negan. Terrifiant, ce volume porte bien son titre. Ce n'est qu'une bande dessinée mais leur disparition a provoqué en moi un certain émoi.

On s'en rend compte assez régulièrement mais les morts vivants sont de plus en plus secondaires dans cette série, ils semblent maintenant n'être presque qu'un prétexte pour développer des histoires conflictuelles entre différents groupes mais aussi des récits d'amitiés et d'amour entre les protagonistes. Ici, l'attention est notamment portée sur l'amour grandissant entre Rick, le héros principal depuis le début, et Andrea, la sniper à la joue balafrée.

Ce numéro marque un tournant dans l'évolution de Walking dead et je suis toujours aussi curieux de connaitre la suite, vu que les scénaristes ont toujours cette volonté du jusqu’au-boutisme et savent judicieusement alterner les périodes d'accalmies et les périodes de tensions.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…