Accéder au contenu principal

Un avion sans elle (2012) - Michel Bussi - livre audio lu par François Hatt

C'est une erreur de "clic" à la commande du livre sur internet qui nous a envoyé la version audio de Un avion sans elle plutôt que la version papier. Après tout, pourquoi pas? "On verra", nous sommes-nous dit, Stéphanie et moi. C'est aussi l'occasion de suivre l'histoire ensemble ; et la plupart des avis concernant la "lecture auditive" semble positive.

La première impression est que la lecture du texte par François Hatt, comédien de son état, est agréable, et en fonction de ce qu'il lit, l'intonation ajustée. Il faut cependant se concentrer un peu plus, surtout au début, car les mots n'étant pas visuellement lus, il faut les imprimer dans sa tête par un autre moyen, par d'autres cheminements dans le cerveau, j'imagine. Je ne comprends donc pas comment certaines personnes peuvent écouter des livres audio en préparant à manger ou même en conduisant.

Bien sûr, l'expérience s'approche de l'écoute d'une émission radiophonique telle 2000 ans d'histoire mais la différence est qu'une émission radiophonique clôt son récit en un épisode alors qu'un livre audio s'étale sur plusieurs chapitres. Un avion sans elle compte plus de vingt heures de lecture.

De plus, une émission radiophonique est généralement accompagnée d'un fond musical et de bruitages permettant d'interpeller l'auditeur sur des points précis, alors qu'ici, mises à part quelques notes jouées en début de chaque section, aucune musique, aucun bruit, juste la voix du comédien qui lit. Trois ou quatre chapitres furent nécessaires pour s'accoutumer à l'exercice.

La voix de François Hatt, justement, celle-ci est plutôt agréable à écouter. En fonction de ce qu'il lit, il sait changer le timbre de sa voix et il fut, dès lors, très facile de repérer qui s'exprimait dans les dialogues.

Mises à part ces considérations sur la façon dont le livre a été lu, qu'en est-il de Un avion sans elle?

A l'image de Gravé dans le sable, on retrouve ce thème qui semble cher à l'auteur, celui des destins croisés qu'un événement exceptionnel vient déclencher. Dans le livre précité, il s'agissait du débarquement de Normandie, ici, c'est le crash d'un avion de ligne.

L'avion de ligne Istanbul-Paris s'écrase dans le Jura. Miraculeusement, un bébé survit. Deux familles, l'une riche, l'autre pauvre, se disputent la parenté. Toute l'histoire repose donc sur cette question : A quelle famille appartient le bébé ? Un détective privé au nom improbable, Crédule Grand-Duc, semble avoir découvert la vérité et Michel Bussi entretient le suspense à travers des extraits du journal de bord de ce personnage, qu'il parsème au fil des chapitres.

Peut-être est-ce dû à cette première "lecture audio" mais j'ai parfois eu l'impression que Michel Bussi se répétait parfois, en allongeant artificiellement le suspense, un peu comme s'il était payé à la ligne, alors que ce n'est évidemment pas le cas ; puis le suspense s'amplifie et s'accélère dans le dernier tiers, de plus en plus intrigant.

Pourtant, l'explication définitive m'a un peu laissé sur ma faim, je dirais même qu'elle est un peu facile. Impeccablement cohérente mais un peu facile.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…