Accéder au contenu principal

Le coma des mortels (2016) - Maxime Chattam

"Je ne veux pas vous mentir.
Pourtant, il faut que je vous l'avoue pour commencer : je vais le faire. Je l'ai même déjà fait.
Je ne vous dirai pas tout. J'en suis incapable. La vérité vraie, celle des faits, celle qui rassemble les hommes parce qu'ils savent la même chose, celle-là je ne vous la raconterai pas. Pas tout à fait. Ce serait comme de s'ouvrir délicatement la boîte crânienne pour exposer l'intimité de son cortex en guise de présentation de sa personnalité. Et dans mon cas ce serait s'injecter une bonne dose d'acide à même les deux hémisphères et les faire fondre lentement. Il ne faut pas sous-estimer la puissance corrosive de la vérité. Explosive, parfois." 

Il s'est lâché, Maxime Chattam! 

Son style était déjà assez percutant, presque outrancier parfois, avec Le coma des mortels, il envoie les uppercuts dans la tête du lecteur avec un cynisme constant, et qui m'ont valu quelques fous rires.

Pierre a tout abandonné, travail, famille, amis. Il est, comme il aime à le répéter, un homme neuf, un nouveau né en quelque sorte ; mais il est sacrément dérangé. Et comme si sa folie attirait d'autres fous, la plupart des personnes qu'il se met à côtoyer semble aussi dérangée du ciboulot.

J'ai aussi trouvé qu'il y avait une ambiance assez proche du film de David Fincher sorti en 1999, Fight Club. Certaines réflexions pourraient très bien y trouver leur place.

Mais à ce jeu de la phrase qui claque, de la réflexion qui frappe, de la pensée qui abat, il faut savoir maintenir la distance. A la moitié du livre, j'ai eu une impression de flottement, le sentiment que Maxime Chattam s’essoufflait un peu et ne savait plus réellement la direction à prendre.

Apparait alors un personnage iconoclaste, Antoine, un petit vieux qui ramasse des objets oubliés dans l'espace public et qui retrouve presque instantanément ses propriétaires. Pierre, intrigué, décide de l'observer et de l'aborder. Dans cet univers brutal, Antoine apporte un peu de poésie ; alors que parallèlement, les collègues de Pierre tombent comme des mouches, violemment assassinés. Pierre fait d'ailleurs parti des suspects.

Maxime Chattam accélère ensuite le rythme et monte la tension jusqu'au dernier chapitre... enfin, plutôt jusqu'au premier puisqu'il a fait le choix de raconter son histoire à l'envers. Le procédé n'est pas nouveau, il a déjà été utilisé au cinéma comme en littérature mais il crée une attente qui, si l'art du récit est suffisamment maîtrisé, peut laisser le lecteur ou le spectateur sous le choc, convaincu de s'être laissé embobiné sans avoir décelé quoi que ce soit.

Concernant le final du dernier Chattam, le constat est plutôt à la déception en ce qui me concerne. "Tout ça pour ça", me suis-je dit. Si l'auteur a tenté de démontrer quelque chose, c'est en vain. Si ce n'est pas le cas, somme toute, ce texte, à quoi bon?

J'ai donc plus l'impression d'avoir lu un exercice de style, souvent amusant, mais sans véritable fond. C'est dommage.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…