Accéder au contenu principal

Le coma des mortels (2016) - Maxime Chattam

"Je ne veux pas vous mentir.
Pourtant, il faut que je vous l'avoue pour commencer : je vais le faire. Je l'ai même déjà fait.
Je ne vous dirai pas tout. J'en suis incapable. La vérité vraie, celle des faits, celle qui rassemble les hommes parce qu'ils savent la même chose, celle-là je ne vous la raconterai pas. Pas tout à fait. Ce serait comme de s'ouvrir délicatement la boîte crânienne pour exposer l'intimité de son cortex en guise de présentation de sa personnalité. Et dans mon cas ce serait s'injecter une bonne dose d'acide à même les deux hémisphères et les faire fondre lentement. Il ne faut pas sous-estimer la puissance corrosive de la vérité. Explosive, parfois." 

Il s'est lâché, Maxime Chattam! 

Son style était déjà assez percutant, presque outrancier parfois, avec Le coma des mortels, il envoie les uppercuts dans la tête du lecteur avec un cynisme constant, et qui m'ont valu quelques fous rires.

Pierre a tout abandonné, travail, famille, amis. Il est, comme il aime à le répéter, un homme neuf, un nouveau né en quelque sorte ; mais il est sacrément dérangé. Et comme si sa folie attirait d'autres fous, la plupart des personnes qu'il se met à côtoyer semble aussi dérangée du ciboulot.

J'ai aussi trouvé qu'il y avait une ambiance assez proche du film de David Fincher sorti en 1999, Fight Club. Certaines réflexions pourraient très bien y trouver leur place.

Mais à ce jeu de la phrase qui claque, de la réflexion qui frappe, de la pensée qui abat, il faut savoir maintenir la distance. A la moitié du livre, j'ai eu une impression de flottement, le sentiment que Maxime Chattam s’essoufflait un peu et ne savait plus réellement la direction à prendre.

Apparait alors un personnage iconoclaste, Antoine, un petit vieux qui ramasse des objets oubliés dans l'espace public et qui retrouve presque instantanément ses propriétaires. Pierre, intrigué, décide de l'observer et de l'aborder. Dans cet univers brutal, Antoine apporte un peu de poésie ; alors que parallèlement, les collègues de Pierre tombent comme des mouches, violemment assassinés. Pierre fait d'ailleurs parti des suspects.

Maxime Chattam accélère ensuite le rythme et monte la tension jusqu'au dernier chapitre... enfin, plutôt jusqu'au premier puisqu'il a fait le choix de raconter son histoire à l'envers. Le procédé n'est pas nouveau, il a déjà été utilisé au cinéma comme en littérature mais il crée une attente qui, si l'art du récit est suffisamment maîtrisé, peut laisser le lecteur ou le spectateur sous le choc, convaincu de s'être laissé embobiné sans avoir décelé quoi que ce soit.

Concernant le final du dernier Chattam, le constat est plutôt à la déception en ce qui me concerne. "Tout ça pour ça", me suis-je dit. Si l'auteur a tenté de démontrer quelque chose, c'est en vain. Si ce n'est pas le cas, somme toute, ce texte, à quoi bon?

J'ai donc plus l'impression d'avoir lu un exercice de style, souvent amusant, mais sans véritable fond. C'est dommage.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…