Accéder au contenu principal

Octopussy (1983) - John Glen



Contrairement à ce que clame fièrement l'affiche française, Octopussy n'est pas "Le meilleur des Bond", la faute à un humour trop présent tout au long du film et à un scénario qui, s'il n'est pas inintéressant, a été inutilement compliqué. En vérité, malgré plusieurs visionnages en à peu près un quart de siècle, je suis toujours incapable de le résumer correctement. On débute par un trafic d'objets d'art pour parvenir à une menace nucléaire sur une base de l'OTAN via les agissements d'un général russe paranoïaque et la complicité d'un prince indien qui se sert du cirque de luxe d'une riche trafiquante, elle même à la tête d'une sorte de gang composé uniquement de femmes. Quand même... c'est assez tordu...

En revanche, John Glen qui assure la mise en scène pour la deuxième fois après For your eyes only améliore sa façon de filmer. C'est même la première fois que j'apprécie réellement la mise en scène du sixième James Bond de Roger Moore. Les acteurs sont plutôt convaincants aussi, Steven Berkoff en tête dans le rôle de Orlov, un général soviétique obsédé par un projet de conquête de l'Europe de l'Ouest.

Ce que j'aime surtout avec Octopussy, c'est la façon dont a été intégrée la nouvelle originale de Ian Fleming. Ici, Octopussy (Maud Adams) est la fille du Major Dexter Smythe, l'homme à qui James Bond évite le déshonneur dans l'histoire écrite par le créateur de 007. Ainsi, il ne s'agit pas d'une adaptation à proprement parler mais d'une "suite" à l'histoire imaginée par l'écrivain. Est incluse également à l'intrigue Property of a lady qui se trouve aussi dans le recueil : Octopussy and The living daylights.

Curieusement, pour la première fois, Octopussy m'a paru plus intéressant que lors de mes nombreux précédents visionnages.

S'il n'est pas désagréable, Octopussy comporte pourtant trop d'éléments embarrassants, à commencer comme je le mentionne en début d'article, son humour trop présent. C'est récurrent avec Roger Moore : L'Acrostar en panne d'essence et James Bond qui demande à faire le plein dans une station service classique, le tigre auquel James Bond ordonne de se coucher pour éviter l'affrontement, le cri de Tarzan alors qu'il se balance au bout d'une liane, la comparaison entre Gobinda (Kabir Bedi) et une tête de mouton, Vijay et les allusions au tennis parce que son interprète, Vijay Amritraj, est en réalité un tennisman qui a remporté plusieurs compétitions ; et j'en passe et des meilleurs. A la longue, tout cela devient lassant. Heureusement que John Barry a livré une bande originale qui appuie la tension de beaucoup de scènes.

La restauration du film, et cela est devenu une habitude avec le coffret Bluray, est surprenante de beauté. La séquence de fin où 007 est accroché à l'avion de Kamal Khan (Louis Jourdan) m'a complètement captivé alors que j'en connaissais parfaitement l'issue.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…